Le poisson pourrit par la tĂȘte 🐟

Dirigeantes et dirigeants d’entreprises, nous sommes une des principales causes de dysfonctionnements de nos entreprises. Mais ce n’est pas fatalitĂ©. Nous sommes Ă  l’origine de certains problĂšmes mais aussi la clĂ© pour les rĂ©gler. 

C’est Ă  Érasme que l’on doit cet adage, en direct du XVĂš siĂšcle : “Piscis primum a capite foetet” ou, en français du XXIĂš siĂšcle “Le poisson pourrit par la tĂȘte”.

DerriĂšre cette expression trĂšs percutante une vĂ©ritĂ© implacable, que l’on constate au quotidien :

Nous sommes, dirigeantes et dirigeants, une des principales causes des dysfonctionnements de nos entreprises.

Nos dĂ©fauts se rĂ©percutent dans notre entreprise (il est facile de dĂ©tecter si un dirigeant aime aller dans les dĂ©tails ou pas, s’il aime manager, s’il sait dĂ©lĂ©guer, s’il fait facilement confiance, s’il a peur du conflit, s’il est dĂ©sorganisĂ©, …).

Nous sommes aussi les principaux freins au changement. Passer au numĂ©rique. Être plus collaboratif. Apprendre Ă  dire non aux clients. Faire confiance et dĂ©lĂ©guer. Autant de sujets qui, si nous ne les portons pas, ou tout du moins nous ne les soutenons pas, ont peu de chance de de se dĂ©ployer dans l’entreprise.

Il en est de mĂȘme dans le dĂ©veloppement de l’entreprise. Nous sommes souvent un frein Ă  la croissance que nous initions nous-mĂȘmes. Par manque de dĂ©lĂ©gation. Par manque d’anticipation dans les recrutements. Nous devenons alors un entonnoir, par lequel les sujets doivent encore passer. Et ça bloque đŸ™…â€â™€ïž.

Nous pourrions nous arrĂȘter lĂ .

Mais ce serait voir qu’une seule face de la piĂšce. Qui plus est, seulement le mauvais cĂŽtĂ©.

Car derriÚre ça, il y a une bonne nouvelle.

Car ces dysfonctionnements sont bien lĂ .

Mais ils sont temporaires.

Temporaires car ils sont souvent liĂ©s Ă  une Ă©volution rapide de l’entreprise. Et comme il n’est pas possible de tout faire en mĂȘme temps, les dirigeants priorisent, en laissant volontairement de cĂŽtĂ© certains sujets. Mais il arrive un moment oĂč ces sujets deviennent un point bloquant pour aborder la suite. Et c’est Ă  ce moment qu’il faut les traiter.

Temporaires Ă©galement, car si nous sommes une des causes, nous en sommes aussi une des principales solutions. D’abord en Ă©tant conscient du problĂšme et en assumant d’en ĂȘtre la cause (Ă©tape 1). Ensuite en initiant le changement, Ă  commencer par changer nous-mĂȘmes certaines mauvaises habitudes et en faisant en sorte que ce changement se diffuse ensuite dans l’entreprise (Ă©tape 2).

Une entreprise est en permanence en mouvement. Elle fait sans cesse face Ă  de nouveaux dysfonctionnements. C’est tout Ă  fait normal. Notre enjeu en tant que dirigeant est de nous en rendre compte, d’assumer ses dysfonctionnements et de se mettre en mouvement pour les rĂ©gler et faire passer l’entreprise et nous-mĂȘme Ă  l’étape d’aprĂšs.

Parce que l’on est plus à l’aise avec l’action qu’avec les mots, nous illustrons chacun de nos propos avec un exemple :

Entre la croissance des Ă©quipes et le dĂ©veloppement de nouvelles activitĂ©s, nous sommes passĂ©s de 20 Ă  60 collaborateurs en 3 ans. En 2022, les enjeux devenant de plus en plus importants, nous (les dirigeants de Maintenant! et de ses entitĂ©s) n’étions pas au niveau en terme de management et les dysfonctionnements se multipliaient dans les Ă©quipes, par notre faute. Le poisson pourrissait par la tĂȘte. Nous avons alors fait le choix d’investir et de former tous les dirigeants et managers de Maintenant!, soit 20 personnes, en investissant prĂšs de 100 jours de travail cumulĂ©s et plusieurs 10aines de milliers d’euros pour notre faiblesse une force, au service du projet de l’entreprise.

 
La stratĂ©gie c’est pragmatique 🎯

La stratĂ©gie c’est pragmatique 🎯

La stratégie souffre d'une mauvaise image, en particulier auprÚs des dirigeants de petites et moyennes entreprises. De nombreuses idées reçues amÚnent les chefs d'entreprise à tout simplement ne pas s'occuper du sujet malgré tous les bénéfices que la stratégie...